Accueil semaine

Il fait beau, il fait chaud !! C’est l’occasion de se retrouver à travers 5 sujets brûlants (pas pu résister) : Que faire face à la chaleur ??, Menus d’été caniculaire, Salade fraicheur, Green shot glacé, boisson énergisante estivale.

Très bon week-end !

L'art renait à Belleville, promenade dans le quartier

Belleville, rencontre de 5 quartiers différents, revendique et magnifie le mélange des genres. Dans les quartiers émergeants : plus de liberté, moins d'à-priori, plus de créativité.
Dans les ruelles, l'art s'exprime à l'air libre et s'expose dans des galeries novatrices.

Librement mais avec un certain respect pour son cadre, l'art ne craint pas le mélange, et utilise les espaces vides pour insérer dans la ville une touche d'humour, de poésie, et véhiculer des idées. Telle Lina, street artiste emblématique du quartier, l'art se met en scène dans la ville, utilise les interstices et les objets urbains délaissés ou déconsidérés pour remettre la création au cœur de la cité. Les éléments décoratifs y côtoient les icônes ou les idées.
Le renouveau de Belleville pose astucieusement la question de la liberté de l'art et de sa commercialisation. 

Rencontre avec des artistes, des galeries, des courants qui font de Belleville un univers à part, entre son passé et son futur. Sans oublier quelques cafés, restaurants, boutiques et parc bucoliques pour faire une pause et le plein d'énergie.

Assumant sa différence, le quartier vit en décalé, tard le soir, et tard le matin. Telle la Lapa de Rio (mon carnet de voyage ici) et les quartiers branchés de New York (mes adresses et mes coups de cœur là), les portes et rideaux de Belleville s'ouvrent en fin de matinée. Le samedi, beaucoup de monde se presse sur les trottoirs et dans les boutiques, et comme dans le Marais parisien, tout est ouvert le dimanche. Pas de lois, pas de dictas.
Tel le Soho new-yorkais des années 80/90, voici le nouveau quartier branché, où les parisiens aiment venir s'encanailler.

Street art :
La rue Dénoyer est devenue emblématique de l'art urbain bellevillois. Il s'y révèle dans de nombreux détails, sur les murs, le mobilier, partout sans (trop) dénaturer le support, il apporte un renouveau, un peu d'auto-dérision aussi, et les personnalités des artistes se démarquent.


Galeries d'art :
Galerie Samy Abraham, 43 rue Ramponneau
Depuis 4 ans, cette galerie habituée des mises en scène dans des endroits insolites expose dans un lieu fixe et surmonte son appréhension du commerce de l'art. Cette nouvelle voie permet à la galerie d'entamer une démarche d'accompagnement d'environ 8 artistes, et de s'engager avec eux dans la durée. Un contrat le plus souvent moral les lie dans une confiance et un engagement mutuel, et les fait avancer.
Galerie Balice-Hertling, 47 rue Ramponneau
Ici de jeunes artistes internationaux sont exposés sous un jour novateur. Confiée à l'artiste qui a carte blanche, l'exposition prend un sens large et n'hésite pas à revoir totalement l'espace, la décoration et l'agrément de la galerie.
Galerie Marcelle Alix, 4 rue Jouye-Rouve
Dans un espace cosy au cadre ancien utilisé en 3D, les pièces à admirer et à acheter sont elles aussi modulables : vendues ensemble, seules, en partie ou en totalité, le choix est ici laissé à l'acquéreur selon sa sensibilité.
Galerie Bugada & Cargnel, 7 rue de l'équerre
Installés un peu par hasard dans un immense espace lumineux de Belleville depuis 2005, les propriétaires s'en félicitent aujourd'hui. Pour ce qui est leur 3ème galerie, ils apprécient ce lieu où les visiteurs font l'effort de venir et donc se montrent plus intéressés. Ici on ne craint pas d'exposer des artistes polémiques, bien au contraire : l'art contemporain innove, sème, s'explique et en ressort grandi.

Plus de Belleville :
  • Pour une pause café et gourmande :
Le Felicity Lemon avec sa terrasse,
4 rue Lemon
Le charmant Barbouquin, pour bouquiner avec un thé ou un café, et poursuivre avec les gourmandises faites maison.
3 rue Ramponneau.
  • Pour un drink dans un lieu historique :
8 rue de Belleville
  • Pour un repas exotique :
Cadre ultra-dépaysant au Krung Thep dont on murmure que sa cuisine thaï est l'une des meilleures de Paris. Délicieux et accueil adorable. 93 rue Julien Lacroix.
  • Pour une vraie ambiance gargote :
Le Rosa Bonheur, devenu un incontournable du quartier. Attention pas de réservation ...
2 avenue de la cascade.


  • Pour une soirée culturelle :
94 rue du faubourg du temple
Le Cabaret populaire, "culture rapide"
103 rue Julien Lacroix 


  • Pour un shopping beauté
Ambiance bonbonnière et produits insensés chez Queens House, spécialiste des cosmétiques coréens et japonais. Les packagings individuels donnent envie de tout tester !
67 rue de Belleville

  • Pour une balade, une sieste, une envie de verdure :
Direction le petit Parc de Belleville ou le grand Parc des Buttes Chaumont.

1 commentaire:

sakartonn a dit…

Merci pour cet article. Quartier que je ne connais pas, cela donne envie d'y aller.

Vous aimerez :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...