Accueil semaine

Sorcières, citrouilles et fantômes, le retour ! Avec joie nous préparons Halloween et cette semaine je vous propose deux DIY réalisés dans le cadre de mes ateliers créatifs : un collier de petites breloques et des serre-têtes de chat.

Bon week-end, bonnes vacances et happy Halloween !

Le Museum of Everything à Paris



 
L’exposition du Museum of Everything à Paris, prolongée plusieurs fois, a fermé ses portes le 31 mars dernier. J’ai pu y aller quelques jours avant, très curieuse d’en savoir plus.

 

Cette manifestation était née du mariage éphémère de la collection d’art brut de James Brett avec la Chalet Society de Marc-Olivier Wahler, au 14 boulevard Raspail, dans un lieu lui-même en transition.
D’un côté, donc, une ancienne école catholique de St Germain des Prés de 1000-m2, prêtée pour l’occasion par le Groupe Emerige à la Chalet Society qui en fait son premier projet d’envergure dans le domaine de l’art.
D’un autre, une collection sans musée qui y expose environ 500 œuvres d’art brut, de plus d’une centaine d’artistes pour la plupart inconnus, à découvrir seul avec sa sensibilité et sans à priori.

Le Museum of Everything est une association caritative dirigée par James Brett, qui depuis une dizaine d’années, achète pour son musée itinérant des œuvres d’art de façon personnelle et spontanée, pour la collection et l’exposition, surtout pas pour la spéculation.

Liberté et créativité sont les maitres mots de cette manifestation où le lieu, le concept et les œuvres se rejoignent et s’entremêlent afin de ne faire qu’un. Loin d’exposer tableaux et sculptures sur des murs blancs, l’entrée, la cour, les escaliers et les couloirs sont à la fois laissés bruts et peints, décorés. Avec un ticket à 1000€ à qui prendra des photos dans l’expo !

Des textes d’artistes tels Annette Messager et son époux Christian Boltanski, ou Nick Cave accompagnent les accrochages des différentes salles. Grâce à un formidable bouche à oreille, plus de 4000 visiteurs se sont déplacés, professionnels de l'art au début, de plus en plus grand public par la suite.
Il n’est pas question de porter un jugement objectif sur cette exposition. Si certaines œuvres tendent vers l’art naïf ou d’autres vers l’onirisme, le thème religieux revient avec instance.
Quoi qu'il en soit, la spontanéité de la création sans culture et sans but force l’admiration. Des pièces attirent, d’autres interpellent, certaines font sourire tandis que d’autres sont si personnelles qu’elles mettent franchement mal à l’aise.
N’oublions pas que presque tous les artistes exposés sont autodidactes, viv(ai)ent aux 4 coins du monde, créant à différents moments de leur vie.
Impossible de rester indifférent au cœur du Museum of Everything, et l’on se félicite que dans le domaine de l’art il existe des volontés de découvrir et de faire découvrir en faisant exploser la bulle contextuelle habituelle.

Outre le ticket d’entrée, un café et une drôle de boutique proposaient à la sortie grands et petits objets pratiques ou artistiques pour aider l’association dont tous les membres sont bénévoles. En remerciement, le MoE offre sur un porte-carte un « lifetime membership » pour voir ses collections où qu’elles soient exposées. Le shopping de soutien continue en ligne sur shop.musevery.com.
Après Londres, Turin et Moscou, le Museum of Everything a quitté Paris pour une autre exposition, un autre lieu.

Plus d’infos, plus de photos sur musevery.fr, sur le site et sur la page faceboook de la Chalet Society.
Des projets à suivre.

Aucun commentaire:

Vous aimerez :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...