Accueil semaine

Il fait beau, il fait chaud !! C’est l’occasion de se retrouver à travers 5 sujets brûlants (pas pu résister) : Que faire face à la chaleur ??, Menus d’été caniculaire, Salade fraicheur, Green shot glacé, boisson énergisante estivale.

Très bon week-end !

Exposition Eugène Boudin au Musée Jacquemart-André




Si les œuvres d’Eugène Boudin ont souffert en France d'un manque de reconnaissance de la part du public de son époque, de tous temps sa peinture a attiré les collectionneurs étrangers, anglo-saxons notamment. Le Musée Jacquemart-André organise là une exposition majeure de ce peintre pré-impressionniste, et réussi le tour de force de faire venir plus de 60 chefs-d’œuvre de Washington, Boston, Québec, Madrid ou Mexico.

Boudin, presque autodidacte, influencé par Jongkind, Watteau ou Corot, peint avec obstination dans une recherche de vérité. Il ne perdra jamais de vue son souhait de capter la beauté de l’instant présent, malgré la difficulté technique. Son sens de l’observation et sa rapidité d’exécution en seront déterminants.

Détail de l'affiche
A travers ses paysages normands, bretons, vénitiens, maritimes très souvent, Eugène Boudin peint son époque : campagnes, ports, scènes de plage. Les compositions 2/3 ciel 1/3 terre ou mer font vibrer leurs couleurs sur les murs peints de gris foncé du musée. Les personnages se fondent dans le paysage au profit du vent, de la pluie, des rayons du soleil et de la lune.
Peintre de l’éphémère par excellence, il se réalisera dans ces ciels si changeants que Baudelaire appelle « beautés météorologiques ». Ses contemporains ne s’y sont pas trompés : peintres (Monet, Corot, Courbet, Degas) et écrivains (Zola, Baudelaire) ont compris sa modernité avant le grand public et ont contribué à faire découvrir ses ouvres en étant les premiers admirateurs de Boudin.

Le commissariat de l’exposition a déployé une organisation colossale pour faire venir des quatre coins du monde ces chefs-d’œuvre. Seul un tableau vient du Musée Eugène Boudin à Honfleur. L’exposition parisienne étant relativement courte (8 salles, environ 1 heure de visite), les visiteurs en auraient volontiers vu plus !

Quelques conseils pour visiter l’exposition dans les meilleures conditions : réserver son billet (cliquer ici), et venir à l’ouverture (10h).

Sur le site du musée, cliquez pour acheter la carte privilège, télécharger l'appli (1.79€), voir des photos et visionner la bande-annonce.
Côté publications, retrouvez sur cette page catalogue et magazines, certains disponibles à la vente en ligne.

c’est jusqu’au 22 juillet 2013, tous les jours de 10h à 18h, les lundis et samedis jusqu’à 20h30,


Si c’est votre première visite au Musée Jacquemart-André, prenez le temps de flâner dans les salles aux volumes impressionnants, à la décoration imposante, aux œuvres variées.
Même la boutique est très classique-parisien-rétro-chic. De nombreux touristes étrangers y perdent la tête !

Tant que j’y étais, j’ai testé le Café Jacquemart-André.
Ce restaurant donne un peu l’impression de déjeuner au château ! Il prend effectivement place dans l’ancienne salle à manger de Nélie Jacquemart et Édouard André.
J’ai été agréablement surprise par la qualité et la recherche des plats proposés. Les salades sont originales (à partir de 14.50€), les tartes bien servies, et le menu accompagné d’un chariot de dessert (17.80€ avec une quiche, 22.80€ avec le plat du jour). Un chouette endroit également pour le goûter, une adresse hors du commun pour bruncher le week-end (28.50€ le brunch de 11h à 15h). Cliquez ici pour consulter la carte.

A noter : le restaurant est accessible sans billet d’entrée au musée, et de nombreuses tables sont placées en terrasse aux beaux jours. C’est sans réservation, venez tôt, l’endroit est très prisé.

Aucun commentaire:

Vous aimerez :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...